Pages d’histoire.
À propos de la leçon

Il y a 61 ans, le 8 août 1960, soit 38 jours après la proclamation de l’Indépendance du Congo, Albert Kalonji, président du parti politique MNC-Kalonji, proclame la sécession du Sud-Kasaï en créant l’État Autonome du Sud-Kasaï; lui-même comme Chef de l’État et Joseph Ngalula comme chef du gouvernement. Capitale: Bakwanga (actuelle Mbuji-Mayi).

Débordé dans la gestion des milliers des ” réfugiés ” lubas chassés de Luluabourg (Kananga) et du Katanga et qui sont revenus chez eux à Bakwanga, Albert Kalonji va solliciter l’aide de la Minière de la BCK, l’actuelle MIBA. Le président de cette société, monsieur Cravatte, un belge, va conditionner son aide à la proclamation de l’Indépendance du Sud-Kasaï. Albert Kalonji, avec les encouragements de Moïse Tshombe, va s’y résoudre et proclamera cette sécession le 8 août 1960 à. . . Elisabethville (Lubumbashi) !

Au mois d’avril 1961, Albert Kalonji est investi du titre de ” Mulopwe ” (empereur ) et l’État Autonome du Sud-Kasaï deviendra le Royaume Fédéré du Sud-Kasaï.

Une grande partie des intellectuels luba ( les Bena-Mikanda) seront déçus par la mégalomanie du Mulopwe et vont le quitter et revenir à Kinshasa où ils vont le combattre. A leur tête, Joseph Ngalula.

Ses adversaires politiques, revenus de Bakwanga à Kinshasa, vont raconter une histoire (fausse) pour le dénigrer et qui va marquer l’imaginaire populaire congolais. En effet, ils vont dire que Albert Kalonji le Mulopwe, ne sachant quoi faire pour résoudre les problèmes de sa population, va faire adopter une Constitution qui comporte cette mention à son article 15: ” Débrouillez-vous ” !

error: Pas encore disponible