Pages d’histoire, extraites des écrits de Thomas Luhaka
À propos de la leçon

Léopold II envoie Henry Morton Stanley au Congo

Le roi des belges Léopold II crée une association pour gérer ses ambitions en Afrique: l’Association Internationale pour le Congo (AIC). Le drapeau de l’AIC est bleu avec une étoile d’or au centre.

Le souverain belge envoit ses émissaires (le plus connu étant Henry Morton Stanley, anglais ayant acquis la nationalité américaine) sur le terrain pour signer des traités avec les chefs locaux; ces derniers signent d’ailleurs sans comprendre les contenus desdits traités. Traités dans lesquels ils reconnaissent la souveraineté du roi des belges, lui cèdent des territoires et l’autorisent à créer des postes ou des stations de l’AIC. Lorsque le poste est créé, on y monte le drapeau de l’AIC.

Stanley signe dès traités avec les chefs locaux.

C’est ainsi que Henry Stanley signe un traité avec le grand chef des Bateke, la tribu autochtone de Kinshasa, Ngaliema (dont l’arrière-petit-fils Adrien Mombele deviendra un grand ami de Papa Wemba et sera connu sous son surnom de Niarcos). Après ce traité, Stanley va obtenir l’accord des deux chefs locaux qui lui permet de créer deux postes de l’AIC au bord du fleuve Congo.

Le poste de Kintambo

Le premier accord est signé avec le chef teke Ntambo. Chez les teke-humbu, le nom du village ou de la localité d’un chef est formé par le préfixe ” Ki ” accolé au nom du concerné. Kisenso, Kingasani. . . Ainsi, ” chez Ntambo ” devient en kiteke ” Kintambo “. Stanley crée le poste de Kintambo en l’appelant Léopold II et qui deviendra plus tard Léopoldville.

Le poste de Kinshasa

Le deuxième accord est signé par Stanley avec le chef humbu Ntsasa, dont le village était situé vers le beach Ngobila. Les autochtones appelaient ce village ” chez Ntsasa ” qui donne en kihumbu ” Kintsasa “; que les belges vont franciser en ” Kinshasa “. Ces deux postes (Leopoldville et Kinshasa) vont s’agrandir jusqu’à fusionner en donnant naissance à la ville de Léopoldville; Leopoldville qui sera rebaptisée Kinshasa en 1966.

Les français et les portugais refusent de reconnaître l’État congolais

Après la création des quelques postes, le roi des belges est très préoccupé pour l’avenir de son projet: la création d’un État Indépendant au coeur de l’Afrique. En effet, les autres puissances européennes, en particulier le Portugal et la France qui sont présents dans la région, ne veulent pas reconnaître et donc respecter le drapeau de l’AIC comme l’emblème d’une puissance, d’un État. Parce que l’AIC est une ONG (pour parler le langage d’aujourd’hui) qui appartient à un individu (Léopold II) et non un État ou appartenant à un État.

Léopold II sollicite l’aide des américains

Léopold II est conscient que sans cette reconnaissance internationale, son aventure est vouée à l’échec. Il va se confier à son ami américain Henry Shelton Sanford, ancien ambassadeur des États-unis en Belgique. Ce général américain va jouer un rôle crucial dans la création de l’État congolais. Avec le mandat de Léopold II, président de l’AIC, le général Sanford va aller faire du lobbying aux États-unis.

Le président américain Chester A. Arthur soutient la création de l’État congolais

Il remet la lettre de Léopold II au président américain Chester A. Arthur. Le 4 décembre 1883, ce 21 ème président américain va lire au Sénat américain un discours rédigé par Sanford. Le 10 avril 1884, le Sénat américain adopte une résolution dans laquelle il approuve les points de vue développés par le président Chester Arthur en faveur de la création de l’État du Congo. ” L’ AIC devient un gouvernement reconnu et ami des États-unis. “

Le 22 avril 1884, le secrétaire d’état américain (ministre des affaires étrangères) Fred Frelinghuysen, pour le compte des États-unis, et Henry Sanford, pour le compte de l’AIC, échangent à Washington les déclarations de reconnaissance de l’État congolais en gestation.

Les États-Unis, premier pays à reconnaître l’État congolais

Les États-unis sont ainsi le premier pays au monde à reconnaître et, surtout, à favoriser, la création de l’État du Congo. Le 1er juillet 1885, lors de la proclamation officielle de l’État Indépendant du Congo (EIC) à Vivi ( première capitale du Congo), un navire de guerre américain va tirer 21 coups de canons pour saluer la naissance d’un État ami !

Comment vont réagir les autres puissances (Portugal, France, Angleterre) qui ne voulaient pas de cet État créé par une ONG ? 

Suivre
Les derniers articles par Educ PatshTecno (tout voir)
Fichiers de l’exercice
Aucun fichier joint trouvé
Aucun fichier joint trouvé

Téléchargez : des applications scolaires.

error: Pas encore disponible