Pages d’histoire.
À propos de la leçon

L’histoire de la Force Publique, l’armée coloniale, est marquée par trois événements majeurs qu’on appellent les révoltes des Batetela: 1° la révolte de Luluabourg (juillet 1895); 2° la révolte de la colonne Dhanis (Province Orientale, février 1897); 3° la révolte de Shinkakasa (Boma, avril 1900).

La révolte de Luluabourg ou la première rébellion du Congo

En 1895, Luluabourg est un petit poste militaire chargé de mater les résistances locales, en particulier celles des Kanyoka, contre l’avènement de l’État Indépendant du Congo (EIC). Cette garnison de deux cents militaires était commandée par le capitaine Pelzer et le lieutenant Cassart. La garnison la plus importante de la région (500 militaires) était basée à Lusambo, chef-lieu du district du Lualaba-Kasai.

Les causes de la révolte

A la suite du mauvais traitements qu’ ils subissaient de la part du sadique capitaine Pelzer, ajouté au payement irrégulier de la solde et le difficile ravitaillement, les militaires tetela, anciens soldats de Ngongo Lutete (que les belges avaient assassiné il y a quelques mois, alors qu’il venait de les aider à chasser les arabes à l’Est du Congo), décident de quitter cette armée des ingrats et de rentrer chez eux.

Les chefs de la révolte

Ils ont trois leaders. Le sergent Kandolo, ancien “garde du corps” et ami de Ngongo Lutete, héros de cette garnison de Luluabourg, parce qu’il venait de tuer, lors des violents combats entre la Force Publique et les Bena-Kanyoka, le grand chef de ces derniers, Kalenda. A la tête de la mutinerie, il est secondé par les caporaux Yamba-Yamba et Kimpuki.

Le soldat tue le capitaine Pelzer

Le 5 juillet 1895, ces militaires congolais vont décider de rentrer chez eux avec armes et bagages, sans effusion de sang. Mais le soldat Kapilu, boy et souffre-douleur du capitaine Pelzer, décide de régler ses comptes avec son chef avant de rentrer dans son Sankuru. Il tue le capitaine d’une balle dans la tête et blesse le lieutenant Cassart, qui parvient à s’enfuir et à aller donner l’alerte.

Les soldats tetela quitte Luluabourg et prennent la direction de Ngandu, l’ancienne capitale de Ngongo Lutete.

La Force Publique à la poursuite des mutins

La Force Publique, venue de Lusambo et des postes environnants se lance à la poursuite de ces ” Bauni ” (les révoltés en swahili; c’est ainsi qu’ils se qualifiaient eux-mêmes).

Ainsi débuta la première rébellion au Congo

 

error: Pas encore disponible